1 742 397Arbres plantés

Passé maître dans l’art de faire pousser des forêts sauvages en moins de 30 ans, le botaniste japonais le plus célèbre du monde poursuit inlassablement son objectif de restaurer les forêts telles qu’elles étaient à l’origine du monde, avant l’intervention de l’homme.

Akira Miyawaki, créateur de forêts primaires

07/07/2017 - Anne-Lise de Reforest'Action


Reforest/Love

reforestation - reboisement - Forêt - planter - arbre - environnement - climat - planète - écologie - Miyawaki

Né en 1928 au Japon, Akira Miyawaki est réputé aujourd’hui dans le monde entier en tant que spécialiste de la restauration d’une végétation naturelle sur des sols dégradés par l’homme ou par des catastrophes naturelles. Passé maître dans l’art de faire pousser des forêts sauvages en moins de 30 ans, le botaniste japonais le plus célèbre du monde poursuit inlassablement son objectif de restaurer les forêts telles qu’elles étaient à l’origine du monde, avant l’intervention de l’homme.

 

Sa méthode de plantation, unique, repose sur quatre grands principes :

-la sélection d’une grande variété d’essences natives de la région, qui s’adapteront le mieux au terrain de plantation

-la disposition aléatoire des graines en pépinières, qui vise à reproduire la complexité d’un milieu naturel où opèrent concurrence et complémentarité entre les essences, et qui permet d’accélérer les cycles de végétation

-la fertilisation du sol grâce à des matériaux naturels (copeaux de bois recyclés, végétaux décomposés, humus) avant la plantation des jeunes pousses

-l’autonomie des forêts obtenues : après trois ans, les arbres dépassent 2 mètres de hauteur ; la forêt n’a plus besoin de l’homme pour grandir. Elle pourra survivre en autonomie pendant plus 9 000 ans.

 

 

Recréer des écosystèmes épargnés par l’homme

Les forêts qui naissent sur le passage d’Akira Miyawaki se distinguent ainsi des forêts obtenues par une méthode de reboisement classique par trois aspects primordiaux :

-un développement 10 fois plus rapide, grâce à l’émulation créée entre les plants ;

-une densité 30 fois supérieure, qui permet d’absorber une plus grande quantité de CO2 ;

-une biodiversité 100 fois supérieure, grâce à la densité végétale qui ne permet pas à l’homme d’accéder à la forêt.

 

Protéger les terres

Puits de carbone, sanctuaires naturels pour les animaux, les forêts du Dr. Miyawaki sont également miraculeuses par leur capacité à protéger les terres, mieux qu’aucun rempart construit par l’homme, des catastrophes naturelles.

Après le séisme de Fukushima en 2011, le botaniste constate en effet que certains temples côtiers ont été épargnés par la fureur des vagues grâce aux bois primaires qui les protégeaient. Au Japon, le Dr. Miyawaki entreprend alors de dresser des murs d’arbres contre les tsunamis. Ses forêts, disséminées à travers tout le pays, sont destinées à atténuer les effets des raz-de-marée sur le littoral ou des cyclones sur le port de Yokohama, à limiter l’érosion des sols et à fixer des pentes éboulées à la suite de la construction de routes.

 

Restaurer les forêts tropicales

Mais son action excède les seules terres japonaises : au total, le Dr. Miyawaki a planté plus de 40 millions d’arbres à travers plus de quinze pays tels que la Thaïlande, le Brésil ou la Chine. Depuis 1990, il s’applique à restaurer des forêts tropicales humides très dégradées comme celle de Bintulu en Malaisie.

Honoré d'une dizaine de prix, dont le Prix Blue Planet en 2006 pour son implication en matière de protection de la nature, il continue à œuvrer pour un monde meilleur, un arbre à la fois.

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

0 Commentaire

Connectez-vous pour rédiger un commentaire

Se connecter
avec vos réseaux sociaux

Se connecter