8 641 492Trees planted

Ce sont plus de 2 000 arbres qui ont pu être plantés grâce au soutien de nos Reforest’Acteurs ainsi que de notre contributeur Santander. Les parcelles reboisées se situent dans la forêt communale de Mognéville (55), qui a subi l’ouragan Lothar le 26/12/1990 : 20 ans après, elles étaient les dernières à reboiser dans la zone

Dans le département de la Meuse, dernières opérations de reboisement pour réparer les dégâts causés par les tempêtes de 1999

08/10/2020 - Marine de Reforest'Action


Catégorie: 

Forêt - biodiversité - tempête - reboisement - diversité des essences - Santander

Sur la commune de Mognéville (55), ce sont plus de 2 000 arbres qui ont pu être plantés grâce au soutien de nos Reforest’Acteurs ainsi que de notre contributeur Santander. Les parcelles reboisées se situent dans la forêt communale de Mognéville (55), qui a subi l’ouragan Lothar le 26/12/1990. 20 ans après, elles étaient les dernières à reboiser.

Les dégâts causés par les deux tempêtes successives de 1999, Lothar le 26 décembre, puis Martin le 27 décembre, sont toujours visibles et n’ont pas tous été compensés sur le territoire français métropolitain. Selon l’Inventaire Forestier National et les Services Régionaux de la Forêt et du Bois, près de 140 millions de m3 de bois ont été abattus ou cassés. 

La zone plantée couvre une superficie de 2,5 hectares. Après la tempête du 26 décembre 1999 qui a abattu un nombre important d’arbres, les semences qui ont survécu n’ont pas suffi à régénérer naturellement le peuplement. C’est la raison pour laquelle il a été nécessaire de procéder à son reboisement afin de restaurer un écosystème forestier fonctionnel, qui pourra à nouveau accueillir la faune et la flore locale.

Comme à l’accoutumée sur nos projets de plantation, ce sont des essences diverses qui ont été choisies afin d’assurer la résilience du nouveau peuplement en devenir. Ici, ce sont des chênes sessile, hêtre et pin sylvestre qui ont été installés après une préparation du sol. 

La mise en place de protections pour protéger les jeunes pousses de la gourmandise du gibier a également été effectuée. Elle s’est avérée efficace puisque jusqu’ici, aucun dégât n’est à déplorer. Outre la restauration du couvert forestier, ces arbres permettront la production de bois, un matériau renouvelable et durable et le stockage de carbone. 

Le département de la Meuse compte près de 227 000 hectares de surface boisée, soit 37% de son territoire (au-dessus de la moyenne nationale de 31% !)

La forêt meusienne est particulièrement renommée pour la qualité de ses feuillus (hêtre et chêne) qui représentent 80 % de la surface. La récolte est valorisée au travers de la production de bois d'œuvre, de bois d'industrie et de bois de chauffage.

0 Comment