9 739 057Trees planted

Situé près de la commune de Montcusel (39), un peuplement d’épicéas atteints par des insectes xylophages a pu être restauré grâce au soutien de nos Reforest’Acteurs ainsi que de notre contributeur ADEO

Dans le Jura, introduction d’un mélange d’essences pour restaurer un peuplement d’épicéas malades

16/12/2020 - Marine de Reforest'Action


Catégorie: 

Forêt - insecte xylophage - scolyte - épicéa - réchauffement climatique - reboisement

Situé près de la commune de Montcusel (39), un peuplement d’épicéas atteints par des insectes xylophages a pu être restauré grâce au soutien de nos Reforest’Acteurs ainsi que de notre contributeur ADEO. Il se situe au sein du Parc Naturel du Haut Jura, à proximité de la Réserve naturelle nationale de la Haute Chaîne du Jura. 

Des insectes xylophages, les scolytes, se sont attaqués aux épicéas, conduisant ainsi au dépérissement de la majorité des sujets. Les scolytes s’attaquent généralement au bois mort : ils en accélèrent la décomposition, et contribuent à l’enrichissement du sol. Leur prolifération est néanmoins favorisée par le réchauffement climatique. C’est notamment cette surpopulation qui les pousse à s’attaquer à des arbres vivant, et tout particulièrement les épicéas, menaçant ainsi la pérennité de nos forêts.

La restauration de cette parcelle a été réalisée de décembre 2019 à février 2020 par l’introduction d’essences diverses, moins sensibles aux attaques de d’insectes et plus résistantes au changement climatique, à savoir : du Cèdre, de l’Erable, du Mélèze, et du Chêne pubescent.

  

Originaire de la région méditerranéenne, le cèdre est réputé résistant à la sécheresse car il est capable d'aller puiser l'eau très profondément dans le sol. Son bois a par ailleurs de nombreux usages : imputrescible, il était autrefois utilisé dans la construction navale et pour fabriquer des sarcophages. Aujourd'hui, il est utilisé dans la construction de bâtiments, fournissant donc un matériau durable et assurant le stockage du carbone à long terme !

  

0 Comment