11 131 235Trees planted

4890 arbres ont été plantés sur cette parcelle de près de 4 hectares, située dans ce village de moins de 1000 habitants en Saône-et-Loire.

Une nouvelle vie pour la forêt de Saint-Désert (71)

04/03/2021 - Hélène de Reforest'Action


Catégorie: 

France - boisement - Saône-et-Loire - Forêt

4890 arbres ont été plantés sur cette parcelle de près de 4 hectares, située dans ce village de moins de 1000 habitants en Saône-et-Loire.

 

Un village aux charmes multiples

Dans cette commune de la côte chalonnaise, la nature est très présente. Saint-Désert est un village viticole, implanté au cœur du vignoble de Bourgogne. Outre son église fortifiée et les ruines d’un ancien moulin à vent, pinots noirs, chardonnays, aligotés ou encore crémants font la fierté de la commune… Car ses coteaux produisent des vins plébiscités sur les tables de France et de Navarre ! 

Saint-Désert est également entouré de plusieurs massifs forestiers. Pour les riverains, le village et ses alentours sont donc un lieu privilégié de randonnées et balades, entre vignes et forêt. 

La sécheresse, un fléau pour la forêt 

La région bénéficie d’un climat tempéré auquel vient d’ajouter une légère tendance continentale si bien qu’à Saint-Désert, l’amplitude thermique entre les saisons est importante : les hivers sont froids et les étés sont chauds. 

Au cours des dernières années, le massif forestier concerné par le projet de reboisement avait subi plusieurs épisodes de chaleur et de sécheresse. Des conditions climatiques ayant provoqué le dépérissement d’une majorité de ses chênes pédonculés, une essence appréciée pour la qualité de son bois, mais peu encline à supporter le stress hydrique

Reboiser pour augmenter la résilience de la forêt 

Les conditions climatiques ayant empêché la régénération naturelle des chênes pédonculés, des chênes sessiles ont été plantés pour diversifier le peuplement et augmenter ses capacités de résistance aux variations climatiques. Des travaux effectués par des chercheurs de l’INRA ont en effet laissé apparaître la faculté de résilience du chêne sessile face aux changements de température et aux précipitations. La plantation de cette essence est donc particulièrement appréciée pour faire face aux conséquences du réchauffement climatique sur les forêts.

Deux autres essences, l’aulne glutineux et l’alisier torminal sont venus compléter la plantation, succédant aux plants de frênes décimés par la maladie de la chalarose. Ce champignon pathogène s’attaque aux frênes, pouvant aller jusqu’à provoquer leur dépérissement. 

Un projet pris en charge par Reforest’Action, qui a pu être réalisé grâce au soutien du Crédit Agricole Assurances. Merci à eux !

 

0 Comment