11 456 964Trees planted

En Meurthe-et-Moselle, deux massifs dépérissant ont été reboisés grâce à la plantation de plus de 21 000 arbres ! Une démarche qui, à l’avenir, permettra aux peuplements de résister à d’éventuelles attaques biologiques et aléas naturels…

Cons-la-Grandville : la forêt reprend ses droits

13/04/2021 - Hélène de Reforest'Action


Catégorie: 

France - Meurthe-et-Moselle - reboisement

En Meurthe-et-Moselle, deux massifs dépérissant ont été reboisés grâce à la plantation de plus de 21 000 arbres ! Une démarche qui, à l’avenir, permettra aux peuplements de résister à d’éventuelles attaques biologiques et aléas naturels…

Situées dans la commune de Cons-la-Grandville, les parcelles concernées s’étendent sur un peu plus de 11 hectares. Elles constituent une partie de l’importance surface forestière qui entoure ce village de la région Grand-Est.

Un département connu pour ses zones naturelles

Ce grand département à la forme de canard est issu du découpage de deux anciens départements : la Meurthe et la Moselle. Aujourd’hui, la Meurthe-et-Moselle compte plus de 700 000 habitants et plusieurs zones urbaines denses dont Nancy et Metz. Au-delà des villes, les zones naturelles et préservées y sont très présentes. Lacs, rivières, étangs et forêts font le plaisir des riverains et amoureux de la nature. 

On retrouve entre autres le Plateau lorrain, le Massif des Vosges – plébiscité, entre autres, par les skieurs – , les Côtes de Meuse ou encore le Plateau de Hayes. Quant aux massifs forestiers, ils représentent 31,5 % de la surface totale du département, faisant de la Meurthe-et-Moselle l’un des départements les plus boisés de France. 65 % sont des forêts publiques, 35 % sont privées. Au sein de ces massifs, les feuillus sont en majorité (72 %), devant les résineux (28 %). Le département ne manque donc pas de lieux de promenades et de randonnées, ni de paysages bucoliques.

Reboiser des peuplements en mauvaise posture…

À Cons-la-Grandville, la forêt offre également de nombreuses perspectives de promenades et jouent un rôle déterminant dans l’accueil d’une biodiversité riche.

En amont du projet, les parcelles concernées par la démarche de reboisement avaient malheureusement été victimes de dégradations causées par plusieurs pathogènes. Sur la première, hêtres et frênes ont été touchés par la chalarose, une maladie causée par un champignon pathogène qui entraîne à terme la mort des spécimens touchés. Quant à la seconde parcelle, plusieurs attaques de scolytes, coléoptères ravageurs qui se nourrissent d’écorces ont eu raison des épicéas qui la constituaient. Des atteintes ayant rendu l’établissement d’un projet de plantation nécessaire. 

Une démarche pour l’avenir

Mélèzes, alisiers torminaux, érables planes et douglas ont donc été introduits sur les parcelles afin de renouveller le peuplement. Une diversité d’essences qui ne manquera pas de redynamiser le massif, mais aussi d’augmenter ses capacités de résistance face aux attaques biologiques mais également à d’éventuels aléas climatiques : vents, inondations, glissements de terrain etc. Ces nouveaux peuplements favoriseront l’accueil de la biodiversité sur la zone, contribueront à l’humidification de l’air, ainsi qu’à la lutte contre le réchauffement climatique grâce au stockage de CO2. 

Un projet qui a pris fin en mars 2020, réalisé grâce à l’appui de nos Reforest’acteurs et du Crédit Agricole Assurances… Un grand merci pour leur soutien !

0 Comment