20 531 720Trees planted

Au nord du Jura, dans la commune de Chamblay, ces 15 hectares de monoculture ont été ravagés par des scolytes… L’occasion de reboiser en diversifiant les essences grâce à nos Reforest’Acteurs !

24/06/2021 - Claire de Reforest'Action


Catégorie: 

Chambay - Bourgogne-Franche-Comté - Jura - diversification des essences - diversification - scolytes

Au nord du Jura, dans la commune de Chamblay, ces 15 hectares de monoculture ont été ravagés par des scolytes… L’occasion de reboiser en diversifiant les essences grâce à nos Reforest’Acteurs !

La forêt : un élément majeur de Chamblay

Commune située dans la partie nord du département du Jura, le patrimoine architectural et historique de Chamblay a une histoire tumultueuse. Plusieurs fois détruit et reconstruit depuis le Moyen Âge, le château de Clairvans dans sa version actuelle date du XIXème siècle. Mais l’élément le plus représentatif de cette commune reste la nature et plus précisément la forêt. Faible en densité, la forêt représentait 45,9% du territoire de Chamblay en 2018. La préservation de ces massifs forestiers est donc essentielle, d’où la nécessité de reboiser le peuplement dépérissant concerné par ce projet.

Les atouts de la diversification des peuplements

Monoculture attaquée par des scolytes, la forêt de Chamblay a fait l’objet d’un reboisement centré sur la diversification des essences. Une démarche centrale à l’approche de Reforest’Action.

De fait, les avantages écologiques de telles diversifications sont incontestables. En effet, les différentes variétés d’arbres ne sont pas toutes sensibles aux mêmes aléas biologiques et climatiques. Les forêts mélangées sont ainsi plus résistantes aux attaques extérieures mais elles favorisent également la présence de la biodiversité. Par ailleurs, les avantages sont aussi économiques, les  massifs diversifiés permettant de sécuriser la production de bois d’œuvre.

Sauver une forêt ravagée par les scolytes grâce à la diversification

A Chamblay, ces anciennes monocultures d’une surface de 15 hectares étaient exclusivement composées d’épicéas, récoltés suite à une attaque de scolytes. En creusant des galeries sous l’écorce, ces insectes xylophages de la famille des coléoptères empêchent la sève de circuler, provoquant le dépérissement des spécimens touchés.

Grâce aux 25 850 arbres plantés, la biodiversité pourra réinvestir la parcelle. Désormais, ce massif sain et diversifié stocke du carbone, participant ainsi efficacement à la lutte contre le réchauffement climatique.

0 Comment