20 507 244Trees planted

Jeune propriétaire forestier ancré dans le Grand-Est de la France, Pierre Aussedat témoigne pour Reforest’Action de son expérience dans la gestion forestière et des méthodes qu’il aime privilégier, comme la diversification des essences et la Régénération Naturelle Assistée.

15/11/2022 - Inès de Reforest'Action


Catégorie: 

France - Pierre Aussedat - Jeune propriétaire Forestier - RNA - gestion forestière - témoignage

Quel est votre lien à la forêt ?

Je suis passionné de forêt depuis tout petit et j’en ai même fait mon métier, puisque j’ai créé une entreprise spécialisée dans la transaction forestière. Je suis originaire des Vosges, mais à mon arrivée en Corrèze en 2008, je suis tombé amoureux de la région. À 23 ans, j’ai acheté ma première forêt, ce qui a fait de moi un très jeune propriétaire forestier. N’ayant pas beaucoup d’argent, j’ai financé ce projet grâce à un prêt bancaire. J’ai continué à investir et j’ai pu reconstituer certaines parcelles avec les aides financières de Reforest’Action.

Quelle vision avez-vous de la gestion forestière ?

Je suis à l’écoute permanente des nouvelles techniques et technologies forestières et je constate que la gestion forestière a beaucoup changé. La préparation du sol impliquant la mise à nue des parcelles n’est plus systématique. La pratique de la monoculture est critiquée – pour ma part, je favorise toujours un mélange d’essences, qui permet de rendre les peuplements plus résilients face au changement climatique. La RNA (Régénération Naturelle Assistée) est une technique qui se développe de plus en plus et qui, à mon sens, incarne l’avenir des forêts. Elle permet de limiter les risques liés au dérèglement climatique et de maintenir au mieux un couvert forestier en favorisant la biodiversité.

Voyez-vous une évolution dans le secteur forestier ?

Le secteur peut manquer de dynamisme parce que certains propriétaires sont âgés et conservent des forêts familiales sans toutefois les gérer réellement. Néanmoins, depuis deux ou trois ans, il y a un regain d’intérêt pour la forêt parmi la jeune génération. Le secteur évolue. Les capitaux sont toujours plus nombreux, malgré le changement climatique et les risques qu’il fait peser sur la sylviculture. Le prix du bois, qui est finalement une ressource assez rare, est toujours sous tension. Par ailleurs, les entreprises ayant besoin de bois pour leur activité achètent désormais des forêts et de plus en plus de particuliers en quête de sens placent leur épargne en forêt. 

0 Comment