3 820 562Trees planted

Imaginez des ciels urbains peuplés de forêts verticales, qui poussent le long des gratte-ciels. Imaginez une ville écologique, végétale et spacieuse, une ville à impact carbone positif, nourricière et génératrice de biodiversité.

Des forêts urbaines dans le ciel

28/02/2017 - Nicolas de Reforest'Action


Catégorie: 

forêt urbaine - futur - arbre - écologie - renouvelable

Imaginez des ciels urbains peuplés de forêts verticales, qui poussent le long des gratte-ciels. Imaginez une ville écologique, végétale et spacieuse, une ville à impact carbone positif, nourricière et génératrice de biodiversité. Telle est la ville du futur rêvée par les Français, selon l’enquête de l’Union Nationale des Entreprises du Paysage (UNEP) rendue publique en mars 2016. Dans un contexte de restriction budgétaire pour les collectivités territoriales, 6 Français sur 10 estiment que la création d’espaces verts devrait être la priorité de leur ville, avant même la construction de crèches ou de lieux culturels. Et pour leur donner de quoi inspirer leurs rêves, des projets exemplaires en matière d’écologie urbaine se développent déjà dans le monde entier. Des immeubles forêts à Milan et à Nanjing En 2014 naissait le Bosco Verticale, la première forêt résidentielle du monde à Milan, du travail de l’architecte italien Stefano Boeri. Deux immeubles de 76 et 110 mètres de hauteur ont été recouverts d’une forêt équivalant à 1 hectare d’arbres, d’arbustes et de plantes. Les bienfaits pour les appartements abrités derrière cette véritable forêt verticale sont multiples : protection contre la chaleur du soleil en été, isolement contre le vent, les nuisances sonores et la pollution, production d’oxygène et humidification de l’air. Mais c’est la ville entière qui bénéficie également de l’épanouissement d’une toute nouvelle biodiversité, en accueillant des oiseaux, des papillons, des coccinelles, des insectes et même des chauves-souris. C’est au tour de la ville de Nanjing, en Chine, de bénéficier d’un projet similaire, conduit par le même architecte. D’ici 2018, deux tours de 107 et 200 mètres de hauteur, destinées à abriter un musée, une école, un hôtel, des boutiques et des espaces de loisir, vont s’élever vers le ciel à l’image des 1 100 arbres et 2 500 arbustes qui les recouvriront. Au cœur de la zone économique qui borde le fleuve Yangzi Jiang, marquée par une extrême pollution, l’objectif est de permettre la production de 60 kilogrammes d’oxygène par jour et l’absorption de 35 tonnes de CO2 par an, et de contribuer ainsi à l’assainissement de l’air. Un écoquartier vertical près de New Delhi Conduit par l’architecte belge Vincent Callebaut, le projet d’Hypérion devrait voir le jour en 2020 dans la ville indienne de Greater Noida, près de New Delhi. C’est tout un quartier résidentiel qui va sortir de terre, aux façades entièrement recouvertes de verdure. Son ambition ? L’autosuffisance, non seulement en termes de nourriture, grâce à ses parcelles cultivables, son verger commun et ses bassins de pisciculture, mais également en termes de gestion des déchets et de filtration de l’eau, ainsi qu’en énergie grâce aux panneaux photovoltaïques et thermiques recouvrant les façades des tours. Un pont de verdure au-dessus du périphérique à Paris Né du concours d’architecture « Réinventer Paris », le projet « Mille arbres », imaginé par les architectes japonais Sou Fujimoto et français Manal Rachdi, se propose de construire, d’ici 2022, un véritable village flottant au-dessus du périphérique parisien, composé de logements, de bureaux, d’un hôtel, d’une gare routière et même d’une plaine de jeux couverte pour enfants. Sélectionnés en fonction de leur capacité à vivre au sein de l’atmosphère urbaine, les mille arbres qui en habilleront les bâtiments contribueront à masquer la dernière frontière de Paris, tout en créant un rempart contre la pollution.

1 Comment
Bonjour,