7 630 269Trees planted

Aux côtés de l’ONG Rioterra, Reforest’Action agit au Brésil dans l’Etat du Rondônia, le plus touché par la déforestation en Amazonie. Objectif sur place : réduire la déforestation via l’agroforesterie et restaurer des pans de forêts dégradées. Entre septembre et décembre 2019, près de 35 000 arbres ont été plantés sur le terrain par les communautés locales. Découvrez des photos des plantations !

Au Brésil, les communautés locales réduisent la déforestation grâce à l’agroforesterie

23/01/2020 - Anne-Lise de Reforest'Action


Catégorie: 

Brésil - Amazonie - agroforesterie - reforestation

Aux côtés de l’ONG Rioterra, Reforest’Action agit au Brésil dans l’Etat du Rondônia, le plus touché par la déforestation en Amazonie. Objectif sur place : réduire la déforestation via l’agroforesterie et restaurer des pans de forêts dégradées. Entre septembre et décembre 2019, près de 35 000 arbres ont été plantés sur le terrain par les communautés locales. Découvrez des photos des plantations !

Intégrer l’agroforesterie pour réduire la déforestation

Notre projet de reforestation, piloté sur le terrain par notre partenaire Rioterra, se situe dans l’Etat du Rondônia, au sud-ouest de l’Amazonie brésilienne, qui s’inscrit dans « l’arc de la déforestation », ces territoires amazoniens où la frontière agricole et la déforestation ont largement progressé au cours des dernières décennies. Sur place, le modèle agro-économique des populations locales est fondé sur la culture sur brûlis, une technique de fertilisation temporaire du sol qui consiste à brûler une parcelle à nue pour lui apporter de l’azote avant de la cultiver avec du soja notamment ou d’y faire paître le bétail. Après avoir épuisé une terre exploitée, les petits agriculteurs locaux l’abandonnent et reproduisent le processus sur une autre terre, dans un cercle de déforestation sans fin.

Encouragés par les conseils prodigués par notre partenaire Rioterra, les agriculteurs locaux intègrent l’agroforesterie à leurs pratiques agricoles, qui leur permet de gagner plus de revenus à l’hectare que la culture du soja ou l’élevage du bétail. Ils prennent ainsi conscience de l’intérêt d’un couvert forestier pour leurs cultures vivrières, et de la capacité des arbres plantés dans leurs champs à enrichir les sols cultivés. Dès lors, la culture sur brûlis perd son intérêt à leurs yeux. Notre projet permet ainsi d’accompagner les populations locales vers un mode de production agricole durable et donc de réduire le cercle vicieux de la déforestation par brûlis.

Parallèlement à la réduction de la déforestation, le projet contribue également à la restauration de pans de forêts déboisés via une diversité d’essences locales élevées en pépinières.

Objectif : 120 000 arbres plantés

Entre septembre et décembre 2019, 34 297 arbres d’essences variées ont été plantés sur le terrain par les communautés associées à notre projet. Parmi les essences plantées, toutes sont locales. On compte ainsi le cacaoyer, qui permettra aux producteurs de générer des revenus complémentaires par la vente du cacao ; l’açaï, qui produit des baies aux qualités hautement nutritive ; le cupuaçu, qui produit un beurre végétal recherché pour ses vertus apaisantes et réparatrices ; le roucouyer et l’andiroba, connus pour leurs propriétés médicinales ; le palmier pêche et le noyer d’Amazonie, dont les fruits ou les noix sont consommés par les populations locales ; et le courbaril, qui servira, à terme, à produire du bois de qualité.

Les plantations ont pris place à une centaine de kilomètres de Porto Vehlo, la capitale du Rondônia, au sein de trois zones différentes : autour de la coopérative agricole de Coopprojirau, et dans les environs des villages de Paygap et Ikolen. D'ici mars 2020, plus de 85 000 plants seront plantés à leur tour dans le cadre du projet.

Suivi des arbres plantés et sensibilisation des communautés locales

La récolte des semis au sein des pépinières du projet, la préparation du sol et la plantation des arbres sont assurées par les communautés locales, grâce à l’appui logistique de notre partenaire Rioterra. Celui-ci a organisé également des actions de sensibilisation des villageois de Paygap et Ikolen afin de les former à l’agroforesterie et à l’entretien des arbres plantés. Rioterra assurera également le suivi des arbres plantés et la pérénité des systèmes agroforestiers mis en place grâce aux visites mensuelles sur le terrain de leurs experts et des images réalisées par drone.

0 Comment