10 500 510Arbres plantés

Les projets forestiers financés par Reforest'Action en Europe visent à restaurer des forêts touchées par des aléas naturels ou dépérissantes, ainsi qu'à étendre le couvert forestier de régions peu boisées, grâce à la plantation d'une grande variété d'essences adaptées au climat et aux écosystèmes. Découvrez l'ensemble des projets portés à travers l'Europe :

France
Belgique
Luxembourg
Allemagne
Pays-Bas
Pologne
Irlande
Italie
Espagne
Portugal

 

Restauration de forêts dégradées en France

Vaste de 17 millions d’hectares, la forêt française couvre 31% du territoire. Elle est aujourd’hui touchée par un phénomène de dégradation dû à des catastrophes naturelles (tempêtes, incendies…) et aux effets de certaines maladies des arbres. Face aux manifestations annoncées et en cours du changement climatique (hausses des sécheresses, du risque incendie, des tempêtes en Europe de l’ouest), des attaques d’insectes grandissantes et des demandes sociales croissantes, Reforest’Action (re)plante ou régénère des forêts en s’appuyant sur la diversité forestière en tant qu’alliée, aux côtés de plus de 65 porteurs de projets sur le terrain. La saison 2019-2020 nous a permis de déployer 263 projets sur tout le territoire français. Qu’il s’agisse de projets de restauration de forêts touchées par des aléas naturels, de redynamisation de forêts appauvries, de reboisement de délaissé agricoles, de création de haies bocagères ou encore de création de forêts urbaines, l’ensemble de nos projets en France visent à rendre les forêts plus résistantes face aux aléas naturels et au changement climatique, et à renforcer leur multifonctionnalité, c’est-à-dire l’ensemble de leurs bénéfices sociaux, économiques et environnementaux.

Restauration de forêts dégradées en Belgique

Avec seulement 23% de son territoire recouvert de forêts, la Belgique n’est pas un pays très boisé. La forêt belge remplit des fonctions sociales, économiques, environnementales et paysagères. Elle est principalement constituée d’épicéas, de chênes et de feuillus. A l’image de la forêt française, la forêt belge est aujourd’hui touchée de plus en plus souvent par des maladies. La région de la Wallonie, qui est la plus boisée du pays avec 79% du couvert forestier belge, est notamment affectée par des attaques de scolytes, un insecte ravageur. C’est dans ce contexte que Reforest’Action travaille avec Sylva Nova et Urban Forests, afin de contribuer à restaurer des forêts dégradées et à étendre le couvert forestier du pays.

Restauration de forêts dégradées en Luxembourg

Majoritairement peuplées de feuillus, les forêts du Luxembourg se répartissent au sein des quatre grandes zones écologiques de l’Oesling, du Gutland, de la Moselle et de la Minette. A l’instar des forêts belges, dont elles sont mitoyennes, elles souffrent aujourd’hui de maladies et d’attaques d’insectes pathogènes qui dégradent leur santé et leur capacité de résistance aux sécheresses et aux aléas climatiques. C’est dans ce contexte que Reforest’Action travaille avec Sylva Nova pour contribuer à restaurer des forêts dégradées et à diversifier les essences qui les composent.

 

Restauration d'une forêt dégradée en Allemagne

Un tiers de la superficie de l’Allemagne est couvert de forêts, soit 11,1 millions d’hectares. Du fait de la prédominance des épicéas au sein des forêts allemandes, celles-ci sont particulièrement touchées par les épidémies de scolytes, un insecte ravageur qui creuse des galeries dans l’écorce des épicéas pour y déposer ses œufs, condamnant des arbres par milliers. Notre projet de reboisement dans la forêt de Hemer, dans le Sauerland, est conduit sur le terrain par notre partenaire technique Sylva Nova. Il vise à restaurer une parcelle initialement composée exclusivement d’épicéas et détruite par le scolyte. Grâce au projet, la parcelle sera reboisée de trois essences différentes adaptées à l’écosystème local : le mélèze, le chêne pédonculé et le hêtre, essence feuillue présente historiquement à l’état naturel dans les forêts allemandes. Grâce à la diversification des essences, la forêt ainsi recréée sera plus résiliente face aux aléas naturels et climatiques, et ses services écosystémiques seront préservés.
 

Création d’une forêt diversifiée aux Pays-Bas

Situé à Baarle, aux Pays-Bas, le projet prend racine dans la province transfrontalière du Brabant-Septentrional. Cette région à dominance agricole possède un taux de boisement assez faible, à l’image de celui du reste du pays, qui ne s’élève qu’à 9% de sa superficie. Afin de développer le couvert forestier des Pays-Bas, le gouvernement a lancé un programme de reboisement depuis une vingtaine d’années. C’est dans ce contexte que Reforest’Action s’associe à Sylva Nova pour développer ce projet de création d’une forêt diversifiée.

Restauration d’une forêt touchée par une tempête en Pologne

Touchée par une tempête en 2017, la forêt de Lipusz, dans la région de la Poméranie nécessite d’être restaurée. Après deux ans de travaux destinés à prélever les arbres abattus par la tempête, la phase de reconstitution et de replantation de la forêt s’étendra jusqu’en 2023. Parmi les essences plantées : le pin, essence qui constituait originellement la forêt, ainsi que d'espèces feuillues telles que le hêtre, le bouleau, le chêne et un mélange de fruitiers forestiers comme le merisier, le sorbier et le pommier sauvage. Le projet permettra d’augmenter la résistance de la forêt aux maladies et à d’éventuels aléas futurs.

Reboisement en Irlande

L’Irlande fait partie des cinq pays les moins boisés d’Europe, avec seulement 11% de sa superficie dotée d’un couvert forestier. En cause, l’extension de l’agriculture, qui ne laisse aux forêts que la plus petite part. Pour y remédier, le gouvernement irlandais s’est engagé, en 2019, à replanter 440 millions d’arbres d’ici 2040 sur son territoire. C’est dans ce contexte que Reforest’Action s’associe à Sylva Nova pour soutenir des projets de reboisement en Irlande, à fort potentiel de biodiversité.

Diversification et restauration de forêts en Italie

En Italie, des monocultures de feuillus ou de résineux tendent à remplacer les forêts originelles depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ce modèle de gestion sylvicole a toutefois rapidement atteint ses limites, en rendant les forêts plus vulnérables aux aléas et en ne permettant pas à la biodiversité de s’y développer. Reforest’Action s’associe à Sylva Nova afin de diversifier et dynamiser des forêts à Pomino et à Prato, et de restaurer une forêt touchée par la tempête Vaïa aux environs de Carano.

Restauration de forêts en Espagne

La forêt espagnole est la troisième plus grande surface forestière d’Europe. Précieuse à tout point de vue, elle est source de nombreux bénéfices : préservation de la biodiversité locale, filtration de l’eau, prévention de l’érosion des sols… Or, dans un contexte de changement climatique en Europe, la forêt espagnole est régulièrement affectée par des maladies, des incendies et des tempêtes qui la dégradent et entraînent de lourdes conséquences pour la société. C’est dans ce contexte que Reforest’Action s’associe à Sylva Nova pour restaurer des forêts incendiées à Palencia et renforcer le couvert forestier du pays par le boisement de parcelles agricoles délaissées au sein de la vallée de Jarama.

Restauration de forêts incendiées au Portugal

Au Portugal, plusieurs centaines de milliers d’hectares de forêts ont été détruits par les flammes ces 20 dernières années. En 2018 et 2019, c’est encore près de 100 000 hectares qui ont brulé, notamment près de Monchique et de Marvao, où se situent nos projets. Ces évènements ont été très médiatisés lors de la dernière vague d’incendies de 2018. Pourtant, peu de financements issus de la solidarité internationale ont été collectés et distribués sur le terrain. Reforest’Action travaille ainsi de pair avec Sylva Nova afin de reboiser les régions qui ont été touchées par les feux de forêt ces dernières années. Face aux enjeux liés à ces forêts sèches, propices aux départs d’incendies récurrents, nous œuvrons, aux côtés des propriétaires forestiers, à l’adaptation de la gestion forestière, grâce, notamment, à la diversification des essences présentes dans les forêts pour les rendre plus résistantes aux feux.