10 500 510Arbres plantés

Les projets forestiers financés par Reforest'Action en Amérique du Sud visent à restaurer des pans anciennement déforestés de la forêt amazonienne et d'autres forêts de la région, à recréer des forêts pour lutter contre la désertification, ainsi qu'à développer l'agroforesterie auprès des communautés locales. Découvrez l'ensemble des projets portés à travers l'Amérique du Sud :

Haïti (Lavial)
Haïti (Saint-Michel de l'Attalaye)
Pérou (Tarapoto)
Pérou (Piura)
Brésil

 

Agroforesterie et reforestation en Haïti
(Lavial)

Reforest’Action s’associe à l’ONG haïtienne OJUCAH pour développer la plantation d’arbres fruitiers en agroforesterie et reboiser des zones dégradées de la vallée de Jacmel. Les communautés locales sont formées à la mise en place de systèmes agroforestiers durables grâce à la plantation d’arbres d’essences variées au sein de leurs parcelles cultivées. Parmi elles, des essences fruitières telles que le manguier, le corossolier et l’amandier permettront aux cultivateurs de produire des récoltes de fruits pour leur consommation personnelle ou la vente sur les marchés locaux. Des essences forestières telles que le cèdre-acajou, le bayahonde ou le chêne sont également plantées au sein de zones déforestées, afin de restaurer progressivement les forêts de la région.

Agroforesterie et reforestation en Haïti
(Saint-Michel de l’Attalaye)

Haïti est l’un des pays les plus déforestés au monde. En 1920, 60% du territoire haïtien était tapissé de forêts, contre seulement 2% aujourd’hui. Le recul massif du couvert forestier s’explique essentiellement par la production de charbon de bois qui constitue la première source d’énergie des populations. La déforestation entraîne l’érosion des sols, la baisse de productivité des terres arables, l’accentuation des sécheresses et de la désertification des territoires. Le passage dramatique de l’ouragan Matthew en octobre 2016 a de surcroît détruit une immense partie des arbres encore sur pied. C’est dans ce contexte que Reforest’Action s’associe à l’ONG haïtienne Agrinotech, fondée en 2018, dans l’objectif de sensibiliser et impliquer les communautés locales dans la mise en place de pratiques agricoles plus respectueuses de l’environnement et des forêts. Le projet de reforestation financé par Reforest’Action s’étend au sein de huit sections rurales de la région de Saint-Michel de l’Attalaye.

Agroforesterie dans la forêt amazonienne au Pérou
(Tarapoto)

La région de San Martin, située au nord du Pérou, en haute Amazonie, était originellement recouverte de forêts tropicales et de zones humides. Elle a souffert d’une déforestation rapide et massive depuis la fin du XXème siècle. Celle-ci est due principalement à la construction de connexions routières ainsi qu’au développement de programmes agricoles encourageant la culture du riz, du café et du palmier à huile. Environ 1,6 million d’hectares de forêt primaire a déjà été abattu au cours des cinquante dernières années. Depuis 2016, Reforest’Action s’engage aux côtés du Centre Urku, un institut de recherche amazonien situé à Tarapoto. L’objectif : créer des systèmes agroforestiers afin de développer l’économie locale et de restaurer les écosystèmes forestiers dégradés de la région. Les arbres fruitiers (citronniers, manguiers, cacaoyers) plantés par les communautés locales dans leurs champs leur permettront de produire des fruits pour leur usage personnel ou pour le commerce local. Les essences à croissance rapide telles que l’acacia, l’hévéa, le capirona et le bolaïna permettront de produire du bois et du caoutchouc sans se pourvoir directement dans la forêt amazonienne.

Lutte contre la désertification au Pérou
(Piura)

La région de Piura, située au nord du Pérou, abrite des forêts sèches principalement composées de savanes arbustives. Le climat y est extrêmement aride et les communautés locales sont affectées par de fréquentes pénuries d’eau. Les sols secs sur lesquels vivent les populations d’éleveurs et d’agriculteurs sont menacés par la désertification. Celle-ci est accélérée par les coupes illégales de bois qui amputent les forêts de 3000 hectares chaque année. Reforest’Action s’associe à l’ONG péruvienne Progreso afin de planter des arbres d’essences variées (cèdre-acajou, mahogany, aulne des Andes, pin argenté) sur les massifs montagneux environnants, aux côtés des communautés locales. Les forêts créées participeront à limiter l’érosion des sols et à créer une source de revenus supplémentaires pour les populations.

Développement de forêts comestibles en forêt amazonienne
au Brésil

La forêt amazonienne, l’une des trois plus grandes forêts primaires du monde, est aussi l’une des plus touchées par la déforestation, avec 4 millions d’arbres disparaissant chaque année. En cause, l’agriculture industrielle, qui génère deux tiers de la déforestation en Amérique du Sud. Le Brésil, plus grand producteur de soja du monde, a converti 18% de ses écosystèmes forestiers depuis 1970 – via des coupes rases et des incendies - en élevage de bétail, en cultures de soja et de palmiers à huile. Notre projet de reforestation, piloté sur le terrain par notre partenaire Rioterra, se situe dans l’Etat du Rondônia, au sud-ouest de l’Amazonie brésilienne, qui s’inscrit dans « l’arc de la déforestation », ces vastes territoires amazoniens où la frontière agricole et la déforestation ont largement progressé au cours des dernières décennies. L’objectif du projet ? Lutter contre la déforestation et associer les populations traditionnelles de réserves protégées à la reforestation de pâturages dégradés, via la création de forêts comestibles en leur garantissant l’accès à ces ressources.